[Sri Lanka] Goûtons au Riz Curry, voulez-vous?

Impossible de passer quelques jours au Sri Lanka sans évoquer la cuisine Sri Lankaise. En arrivant dans cette grande île de l’Océan Indien, nous ne savions pas vraiment à quoi nous attendre en terme de gastronomie. Nous pensions à quelque chose se rapprochant de l’Inde mais quand on sait qu’il y a déjà de nombreuses différentes cuisines en Inde, difficile d’avoir une idée précise.

C’est donc avec un énorme plaisir que nous avons découvert cette cuisine épicée, fraîche et ensoleillée. Le riz est ici l’aliment de base que le curry vient quotidiennement agrémenter. Les autres accompagnements essentiels sont la noix de coco, le curcuma, les graines de moutarde, les graines de cumin, les feuilles de curry, la cannelle, l’oignon, l’ail, le poivre et bien évidemment le piment.

 Le pays du Riz / Curry

Si l’on retrouve une quantité incroyable de petits snacks à chaque coin de rue du pays : samossas (samoussas pour nous créole de La Réunion), roti (sorte de crêpe qui s’apparente plus à du pain) fourré aux légumes, et autres beignets ; les sri lankais se rassemblent pour manger autour du traditionnel Riz / Curry. En résumé, c’est un set de différents plats accompagnés de riz. Ces différents plats (le plus souvent 4 🙂 ) sont composés de légumes cuisinés à partir des épices citées ci-dessus. A notre passage au mois d’Avril, nous nous sommes régalés de potirons, d’aubergines, de lentilles (nommées Dhal), d’Okras (encore appelé Gombo à la Réunion ou Ladyfinger en anglais). Si le piment est utilisé à toutes les sauces, les sri lankais apprécient tout particulièrement le Sambol ; une préparation de noix de coco fraîchement râpée avec un petit oignon, des tomates coupées grossièrement, du piment assaisonné selon les goûts et une petite lichette de jus de citron vert. 🙂

En 2 mots : un régal ! 🙂

Une dégustation certifiée par un cours de cuisine

Nous sommes heureux de pouvoir profiter d’une telle cuisine au quotidien. Il faut dire que dormant la plupart du temps chez l’habitant, nous passons quelques nuits au sein de familles Sri Lankaises qui semblent prendre un malin plaisir à cuisiner pour nous. Sans aucun doute, la fraîcheur est au rendez-vous et la qualité aussi. Je crois qu’il n’y a pas un jour ou nous ne nous sommes pas dit : « tiens, c’est le meilleur plat qu’on ait eu depuis le début ». C’est pour dire. 🙂

Quand l’occasion de faire un cours de cuisine avec Ecowave s’est présentée  à nous, nous n’avons pas hésité longtemps. Cette entreprise sociale réalise un travail magnifique dans la région sud-est de l’île. Promoteur d’un tourisme responsable et durable, Ecowave est à coup sûr un partenaire privilégié pour Hopineo and Visit.org. L’organisation défend une agriculture biologique et a décidé d’utiliser le tourisme comme vecteur de promotion de cette agriculture verte.

 

Ayant visité la veille de notre cours de cuisine les champs d’un agriculteur biologique tamoul, Jayeraman, et heureux de voir les bienfaits d’une agriculture saine, c’est encore avec plus de plaisir que nous avons enfilé nos tabliers.

A présent, nous sommes presque des rois du Sambol, du curry, et des épices du sous-continent indien. Nous sommes d’ores et déjà impatients de vous montrer nos nouvelles compétences culinaires à notre retour. Chers amis ! Préparez vos papilles, vous ne serez pas déçus !

La cuisine en tant qu'élément d'identité

Mais la cuisine au Sri Lanka a aussi éveillé en moi un autre sentiment et ce n’est pas la première fois que cela me prend. D’origine réunionnaise, je pense bien être conscient du métissage de notre cuisine. L’histoire, les migrations successives, l’environnement naturel nous donne même une unicité. Cependant, en m’asseyant à table, ici au Sri Lanka, j’ai le sentiment d’être à la maison. Ce rituel quotidien de la nourriture ne revête aucune barrière culturelle. Les épices sont connues, les fruits et légumes sont communs et la manière finalement de les manger est très proche (hein amis réunionnais, riz + grains / lentilles + carry / curry + rougail / sambol ; ça n’est pas déroutant ?!?).

Ce qui me surprend le plus c’est que vu de la réunion, une quelconque racine sri lankaise n’est jamais mise en avant, en tout cas pas à ma connaissance. Et ce sentiment fut le même lors de mon passage à Rio de Janeiro en 2014. Une telle proximité dans les mets quotidiens qu’on se sent finalement chez soi à plusieurs milliers de kilomètres sans avoir pu se douter un instant qu’un tel sentiment se produirait. Ela a également ressenti la même chose dans le grand est russe... plus de 5000km et finalement les mêmes petits cornichons marinés dans le vinaigre, les mêmes fruits, mêmes baies... La façon de stocker la nourriture est également la même compte tenu de l'hiver. C'est fou!

Alors, comment se définit notre identité ? Comment la gastronomie est-elle finalement un élément clé de notre identité ? Dans quelle mesure le mode d’alimentation rapproche-t-il les gens ?

Voilà autant questions qu’un voyage soulève. Bien évidemment, les réponses ne sont pas faciles à trouver. Mais n’est-ce pas cela voyager ? Découvrir, s’enrichir, ne pas seulement découvrir de nouveaux paysages mais les regarder avec un œil neuf…

Et n'oublions pas la touche sucrée!

Laisser un commentaire