[HopTour Sri Lanka] Ecowave, un tourisme responsable [2/2] – Où vivent les éléphants?

Pourquoi  sommes-nous restés 3 jours auprès d’Ecowave?? La réponse en images :). Aujourd’hui, nous vous racontons nos excursions dans la lagune de Pottuvil ainsi que notre cours de cuisine sri lankaise.

Lagunes de Pottuvil, un lieu où l’on rencontre les éléphants sauvages.

Les lagunes de Pottuvil ne sont pas un parc national mais ses richesses sont surprenantes. Situées seulement à 4km d’Arugam Bay, c’est un lieu idéal pour une escapade de quelques heures.

Ecowave propose de visiter cette étendue d’eau en canoë. La visite se fait avec Ibrahim, notre guide et le capitaine de la pirogue, un jeune local du village. D’autres pêcheurs bien matinaux nous accompagnent. Des milliers d’oiseaux entourent notre présence, réalisant leurs rituels quotidiens : baignades, discussions avec les voisins, petit-déjeuner et séchage sur les branches. Pour un tel spectacle, on ne pense pas trop s’avancer en disant que tout le monde serait impressionné… Nous vous recommandons de vous lever aux aurores pour rejoindre ce paradis pour oiseaux (merci à Robbi de Chengdu qui nous avait sensibilisé au préalable sur le birdwatching). Laissez-nous peut-être vous mentionner quelques-unes des espèces qui nous ont éblouies ce matin-là : aigle de Legge, Guêpier d’orient et martins pêcheurs… S’il y a bien un jour où nous pouvons regretter de ne pas avoir un matériel photographique plus performant, c’est bien celui-là 🙂 . Mais qu’importe, les souvenirs demeurent et l’essentiel est bien là.

Une autre raison pour se lever avant le soleil sont les éléphants. Ils vivent autour de cette lagune et se promènent le matin autour d’Arugam Bay. Certains d’entre eux se rapprochent du parc national de Kumana. Pour nous, c’est la vue de quelques éléphants adultes à l’horizon se baignant dans la lagune autour des arbres à mangrove. Wow !!! Quelle chance. Durant la journée, nous avons également croisé d’autres éléphants, près des routes ou dans les forêts.

Se souvenir que les éléphants sont bien des animaux sauvages et qu’il ne faut s’en approcher en aucune circonstance…

Une autre raison pour visiter cette lagune est la mangrove. Au-delà du fait que ces arbres poussant dans l’eau sont juste magnifiques, il y a aussi une quantité incroyable de vie sauvage.

Notre aventure s’est terminée par la visite d’une ferme organique ou nous avons pu découvrir des fruits et légumes poussant à même le sable… Ouais, sur la plage. Au début, nous avons bien pensé que cela était impossible mais il a bien fallu admettre que cela fonctionnaire drôlement bien ; le déjeuner servi et notre ventre repus comme jamais. Wahou, quelle chance de rencontrer ces agriculteurs et découvrir leurs méthodes… Merci Ecowave !

Curry d’aubergines, dhal, sambol et plein d’autres! Un atelier de cuisine

Nous aimons tous les deux cuisiner – quelques personnes peuvent déjà en témoigner ! Mon plat favori : les pommes de terre. Et David adore le riz. Au Sri Lanka, il se trouve que nous avons combiner nos deux plaisirs grâce au curry 🙂

Nous avons donc voulu apprendre comment réaliser ce délicieux plat et c’est là, encore une fois, qu’Ecowave nous a grandement aidé. Avec Ibrahim et Anurada, nous avons cuisiné tant de plats locaux. Tout était plus délicieux l’un que l’autre mais notre cœur s’est arrêté sur le SAMBOL et nous allons vous présenter un peu plus ce qu’est ce fameux Sambol.

Le Sambol est en général un complément au traditionnel curry (Au sujet du curry et de la cuisine sri lankaise, nous vous invitons également à lire notre article sur cuisine et identité), qui est le plus souvent un set de 4 repas accompagnés de riz. Mais revenons à notre star : Sambol.

Pour préparer du sambol, il faut une noix de coco fraîche. Au Sri Lanka, vous en trouverez plusieurs sortes. Celui-là doit être chevelu et être dur à l’intérieur. Pour casser la coque, il faut frapper fort avec un objet assez lourd. Puis, il faut râper le coco (soyez prudent, c’est délicieux). Une fois séché, il faut mélanger le coco râpé avec de la tomate, des oignons, du piment et des épices  - et c’est prêt.

Sambol

½ coco – moitié de coco dur
½ oignon rouge
2 petites tomates
Quelques feuilles de curry, une pincée de sel,
une demi cuillérée de curry,
1 à 2 cuillère de piment, 1 à 2 citrons vert

Si par excès de motivation ou si tout simplement parce que tu as aimé râpé le coco, nous t’invitons à utiliser le reste de coco râpé pour le lait de coco. En ajoutant 2 verres d’eau, en macérant assez longuement, tu obtiendras un jus limpide et délicieux qui te servira au moment de finir la cuisson des curry. Au Sri Lanka, une fois le premier lait bien crémeux sorti, ils rajoutent environ 6 verres d’eau au reste de coco râpé. On en obtient ainsi un deuxième jus bien moins concentré qui servira pour la cuisson en lieu et place de l’eau. N’est-ce pas malin quand on veut donner encore plus de goût à sa cuisine ?

 

Ce qui nous a impressionnés dans cet atelier est tout d’abord la provenance des produits utilisés.  Les ayant vus dans les champs la veille, cela rajoute un impact considérable à l’activité responsable d’Ecowave. L’équipe d’Ecowave est également super dédiée et accompagne parfaitement les novices que nous sommes. Pendant plus de 3 heures, nous avons pris plein de notes. Donc chers amis, encore une fois, ouvrez-nous vos cuisines, nous sommes prêts à conquérir vos cuisines !! 🙂

Merci Ecowave pour nous avoir montré qu’il était possible de créer une activité de tourisme responsable, d’impliquer des personnes passionnées et de croire en ce que vous faites. A très bientôt !

Laisser un commentaire