[HopTour] Ock Pop Tok, une histoire de tissage où l’Est rencontre l’Ouest – Laos

Laos Ock Pok Tok Weaving Class

Le Laos et le tissage, une histoire indissociable.

Il y a des pays que l’on visite (traverse, expérimente) et dans lesquels les traditions ne peuvent se cacher. En parcourant le Laos de Boten (la frontière avec la Chine) à Luang Prabang, c’est un Laos rural qui s’est offert à nous. Dans un paysage vallonné de montagnes, traversé de petites (et grandes) rivières et surtout couverte d’une végétation luxuriante, nous sommes allés à la rencontre de familles laotiennes.

Si nos arrêts nous ont offert un échange sans pareil avec la philosophie Laotienne (s’entend par là, le BoPenyang – Pas de problème 🙂 ), nous avons surtout découvert l’architecture des maisons : en bois/paille, très souvent surélevées, fenêtres limitées. Visiblement, la vie au Laos se passe à l’extérieur et non à l’intérieur. Mais un élément parmi tous commençait à nous intriguait : LE MÉTIER A TISSER.

Le métier à tisser est un élément essentiel du foyer laotien et un élément traditionnel voyageant entre les générations. Au Laos, les femmes ne peuvent être prêtes à se marier qu’à partir du moment ou elles sont elle-même en mesure de confectionner la literie, les rideaux, les vêtements de la famille. A l’inverse, l’homme est logiquement prêt à devenir père de famille quand il sait construire une maison en bambou et toutes sortes d’accessoire du même bambou.

Laos Ock Pok Tok Weaving Class
Laos Ock Pok Tok Weaving Class

 

Le métier à tisser : un vecteur des traditions

Impressionnés et subjugués par le symbole de cet outil mais aussi par sa structure complexe, nous nous sommes souvent arrêtés à admirer les femmes travaillées leur tissage ; un nouveau-né parfois accroché et assoupi dans leur dos.

En arrivant à Luang Prabang, la découverte de Ock Pok Tok via Visit.org a été pour nous LA véritable passerelle que nous cherchions vers la culture laotienne et ses traditions exceptionnelles.

Créée en 2002 par 2 femmes : une laotienne et une anglaise, cette organisation se développe depuis 15 ans avec l’idée convenue de défendre et protéger une tradition laotienne ancrée, lui donner une place importante dans l’essor économique de la région de Luang Prabang.

Laos Ock Pok Tok Weaving Class

Ock Pok Tok.(qui se traduit littéralement par l’Est rencontre l’Ouest)  propose des classes de tissage, de la demi-journée à 3 jours intenses d’apprentissage. En compagnie d’une « maître-tisseuse », l’élève réalise un dessous de table en soie. J’ai aimé y voir une belle leçon de vie… un entrelacement incompréhensible de fils qui s’avère être une pièce d’art magnifique dès lors qu’on s’arme de patience et qu’on se donne la volonté d’apprendre…

Le touriste bénéficie surtout d’un exceptionnel tour guidé dans l’histoire du tissage au Laos : ver à soie, obtention de la soie et des couleurs et les femmes, les tisseuses…Ock Pok Tok. emploie à temps complet plus d’une vingtaine de « maître-tisseuses » qui se perfectionnent à leur art, allant toujours chercher plus loin de nouveaux motifs que l’on trouve en vente dans les boutiques de Ock Pok Tok.

Laos Ock Pok Tok Weaving Class
Laos Ock Pok Tok Weaving Class
Laos Ock Pok Tok Weaving Class
Laos Ock Pok Tok Weaving Class
Laos Ock Pok Tok Weaving Class
Laos Ock Pok Tok Weaving Class

"Si il y a bien quelque chose qui a été placé au centre de tout, c’est bien ça : le RESPECT"

Les conditions de travail y sont parfaites, les employés choyés. En offrant un salaire minimum 3 fois supérieur au salaire moyen au laos ; l’organisation attache de l’importance à ce travail traditionnel, sans aucun doute menacé par l’expansion massive du tourisme dans la région de Luang Prabang. Pour ces artistes du tissage, il n’y a alors aucun sens à délaisser leurs activités traditionnelles pour aller travailler dans une guesthouse, un café, un restaurant, etc… Leur travail leur permet de faire vivre leur famille décemment tout en leur donnant une place particulière dans la société.

Ock Pok Tok va plus loin dans la conservation des traditions en allant cherchant des techniques différentes dans les villages reculés du Laos. L’objectif ? Créer la passerelle entre consommateurs et familles reculées. Les « maître-tisseuses » jouent là également un rôle important puisqu’elles accompagnent les femmes des villages dans la conception de produits qui s’adaptent plus facilement à la vente et qui fourniront in fine des ressources plus importantes au village.

Ah, quel oasis de paix dans ce centre artisanal au bord du Mékong ! En prenant un café devant ce fleuve légendaire, je ne peux m’empêcher de repenser aux paroles de Quentin Trapu, manager du centre. « Le tourisme est une question de respect : des traditions, du pays, de soi-même ». Au final, chez Ock Pok Tok, si il y a bien quelque chose qui a été placé au centre de tout, c’est bien ça : le RESPECT.

Laos Ock Pok Tok Weaving Class
Laos Ock Pok Tok Weaving Class
Laos Ock Pok Tok Weaving Class

Une réflexion au sujet de « [HopTour] Ock Pop Tok, une histoire de tissage où l’Est rencontre l’Ouest – Laos »

Laisser un commentaire